Prévention de la dépendance au jeu

Le jeu offre un divertissement, mais comporte également un risque d’addiction. L’addiction au jeu ne se développement pas uniquement dans les casinos, mais également sur Internet, lors des paris sportifs, dans les offres de jeux illégales en plein essor et avec les produits financiers modernes (négoce boursier, etc.). Or la per­ception publique se focalise à tort sur les maisons de jeu. Dans les casinos, les joueurs peuvent être protégés et les personnes menacées d’addiction au jeu peuvent être identifiées et frappées d’une mesure d’exclusion. La Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ) vérifie régulièrement les mesures prises par les casinos contre l’addiction au jeu. Les casinos fautifs peuvent se voir retirer leur concession.  

Contrôles d’entrée stricts  

Avant d’entrer dans un casino, chaque client doit s’identifier au moyen d’une pièce d’identité officielle valable. On vérifie que le client a au moins 18 ans, qu’il ne figure pas sur le registre des personnes exclues tenu conjointement par toutes les maisons de jeu. Les mineurs et les personnes frappées d’une mesure d’exclusion ne sont ainsi admis dans aucun casino suisse.  

3000 exclusions sont prononcées chaque année  

Les casinos sont tenus d’ordonner une exclusion quand ils savent ou doivent supposer qu’un client joue au-dessus de ses moyens financiers. Les casinos doivent donc contrôler les clients jouant fréquemment ou avec de fortes mises et exiger de leur part des certificats de salaires, des extraits du registre des poursuites et d’autres informations sur leur situation financière. S’il s’avère qu’un client ne peut pas financièrement se permettre de jouer ou s’il ne remet pas les documents, il est exclu. Les collaborateurs du casino sont régulièrement formés à la détection précoce des personnes menacées d’addiction au jeu et à l’évocation d’un éventuel problème de dépendance avec elles. Plus de 3000 personnes sont exclues chaque année (volontairement ou sur ordre d’un casino). L’exclusion ne peut être levée qu’après une vérification de la situation financière et en règle générale au plus tôt après un an. Environ 50'000 exclusions sont actuellement en vigueur.  

L’addiction au jeu recule  

L’augmentation supposée de l’addiction aux jeux de hasard constituait la principale réserve à l’encontre de l’autorisation des maisons de jeu. Or, c’est le contraire qui s’est produit. L’étude «Jeu de hasard : comportement et problématique en Suisse» mandatée par la Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ) en 2014 conclut que l’addiction au jeu recule en Suisse (www.esbk.admin.ch / Publications & Service / Rapports et études).La protection sociale mise en œuvre par les maisons de jeu fait donc ses preuves.  

Collaboration avec des services spécialisés  

Chaque maison de jeu travaille en collaboration avec un service de prévention et un institut thérapeutique auxquels elle transmet le suivi des joueurs à problèmes. La Fédération Suisse des Casinos soutient annuellement, par un important montant, le téléphone 143 de «La main tendue». En cas de problèmes, les hôtes des casinos peuvent s’adresser au téléphone 143, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, où ils seront conseillés gratuitement et de manière anonyme.  

Définitions et fréquence de l’addiction au jeu  

L’addiction au jeu ou plus précisément le jeu pathologique touche entre 0,2 et 0,8% de la population de plus de 16 ans en Suisse (0,5% représente environ 35 000 personnes). La catégorie des joueurs problématique est aussi souvent mentionnée. Les joueurs problématiques satisfont certes à quelques-uns des critères utilisés dans les procédures de test applicables, mais pas suffisamment pour être qualifiés de dépendants au jeu.

Contrôles d'entrée stricts

Accès aux casinos suisses seulement à partir de 18 ans

Accès avec pièce d'identité officielle valable seulement

Vérification que le client ne figure pas dans le registre des personnes exclues (un registre pour tous les 21 casinos suisses)

 

 

Faites-vous aider

La dépendance au jeu est une maladie qui peut être soignée. Quiconque consacre trop d’argent ou de temps au jeu devrait absolument demander une exclusion au casino et consulter un service de conseil. Les proches de personnes susceptibles de devenir dépendantes peuvent eux aussi demander une exclusion auprès du casino.      

Faites-vous aider ici:   

SOS jeu - programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu,anonyme, gratuit, différentes langues

Tél 143 - La main tendue - 365 jours par an, anonyme et gratuit   

RADIX - Coopération Addictions